La gravure est faite de pictogrammes archaïques choisis non pas pour le sens qu'on pourrait leur donner mais bien pour leurs qualités plastiques et les combinaisons possibles entre eux. C'est un élément essentiel de ma démarche. J'ai fait divers essais pour savoir s'il serait préférable d'avoir sur le cylindre une gravure en profondeur, en incision, ou une gravure en bas relief, en volume extérieur.
J'ai opté pour la gravure en incision car elle permet de conserver un volume simple et pur au contraire du bas-relief qui viendrait modifier la pureté du profil par ses excroissances.
Ce choix implique que l'empreinte du sol devrait se présenter à contrario en excroissance ; à ce sujet, partagé entre la logique de fonctionnement du sceau-cylindre et ma préférence pour un sol qui serait plutôt incisé, j'ai décidé de matérialiser l'empreinte dans une forme des plus symbolique ; la présence fragmentaire et ponctuelle de 4 éléments rectangulaires de marbre dans le sol qui figurent une partie des joints existants entre chacun des 4 éléments constituants du cylindre.